Carène

Partie d’un navire qui est submergée lorsqu’il est chargé et qui s’appelle aussi ses œuvres vives ; mais on entend le plus souvent par-là que la muraille et la surface extérieure de cette partie, laquelle est ordinairement garantie de la piqure des vers par un doublage en cuivre. Pour que ce doublage présente à l’eau une surface très polie qui est un élément considérable de marche  avantageuse, il est essentiel que préalablement la carène soit rabotée avec soin.

L’aspect de la carène peut servir à faire juger  de sa forme, de ses qualités ou de ses défauts, et l’ingénieur donne à la carène les proportions les plus convenables à la destination du navire dont il trace les plans.

Par carène on entend aussi l’opération du carénage, c’est-à-dire la réparation de la partie du bâtiment appelée carène. Si pour cette opération on abat ou vire le bâtiment en quille, la carène est complète ; si on ne l’abat qu’à moitié, ce n’est qu’une demi-carène. De là les expressions : Abattre en Carène, Abattre en demi-carène.

Ainsi caréner consiste à chauffer, la partie submergé du navire lorsqu’il est chargé et navigue, le nettoyer, en changer les mauvais bordages ou autres pièces défectueuses, à le calfater, le couroyer et le doubler.

Cet article a été publié dans coque. Mettre en marque page le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *