Courbe

courbe

Les baux, non-seulement des ponts, mais aussi du faux pont et des gaillards ont leurs extrémités lies au corps du vaisseau par le moyen de courbes. Celles ci nommées courbes des baux des ponts, sont suivant leur position, nommées ou verticales ou horizontales ou obliques.

Elles sont ordinairement en bois mais quelque fois elles sont remplacées par des courbes de fer, qui sont alors plus solides et épargnent du bois. Elles sont alors formées par trois fortes barres de fer qui s’arcboutent les unes contre les autres.

Des pièces de bois qui sont courbes dans leur longueur et qui servent à lier ensemble les parties extrêmes de la muraille d’un vaisseau, soit à l’avant soit à l’arrière, reçoivent le nom de courbes de liaison.

Parmi ces courbes on nomme courbe d’écusson celles qui s’étendent intérieurement sur les barres de l’arcasse et sur les couples extrêmes de l’arrière d’un vaisseau.

Les guirlandes, elles, sont placées sur la face intérieure de la muraille de la proue d’un bâtiment, elles servent à lier étroitement ensemble l’étrave et les alonges d’écubier.

On donne enfin le nom de courbe de poulie d’écoute, à une courbe de fer qui est ordinairement fixée hors d’un vaisseau sur sa muraille, et sur tous les porte-haubans d’artimon, elle sert à soutenir une forte poulie dans laquelle passe l’écoute de la grand-voile.

Cet article a été publié dans coque. Mettre en marque page le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *