Dauphin

Il sert à lier l’éperon et la guibre avec l’étrave. Cela consiste en des courbes qui sont au nombre de deux ou trois de chaque coté de la guibre, fixées d’un côté sur la joue du navire et de l’autre sur la guibre elle même. On note aussi que les écubiers sont percés au dessus du deuxième dauphin.

Ainsi lorsque le navire est chargé les dauphins sont un peu au dessus du niveau de l’eau,  de chaque coté du navire et ils sont décorés par des moulures.
Parfois ils peuvent être en fer mais on les recouvre quand même de moulures en bois.

Ce terme est resté longtemps synonyme de jottereau mais ce dernier terme dans sa stricte définition réfère plutôt à deux larges planches que l’on place à la tête d’un bas mât et dont l’écartement permet le passage du mât supérieur.

Pour le dictionnaire de Willaumez de 1831 la synonymie est évoquée mais dite « inexacte » ainsi que dans le dictionnaire de Paris et Bonnefoux de 1848 il évoque la synonymie aussi et dit que dauphin est préférable à jottereau car ce dernier comporte une autre définition.

Cet article a été publié dans coque. Mettre en marque page le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *