Galerie

Balcon, ordinairement saillant tel le prolongement du gaillard que l’on voit à la poupe des vaisseaux et qui dépend de leur chambre de conseil ; il est orné de sculptures, de peintures, recouvert d’une sorte de petite voute, et quelquefois fermé par des jalousies. Les vaisseaux à trois ponts ont une seconde galerie, dépendant de la grande chambre, immédiatement au-dessous de celle de la chambre de conseil. Ces galeries ont environ 1m50 de largeur, de sont des sortes de promenades d’où la vue s’étend sur presque tout l’horizon, car il y a une saillie sur presque chaque côté. On peut même, de là, voir l’état de la voilure du bâtiment. Quelques frégates et quelques grands navires du commerce ont de semblables galeries.

Elle est recouverte à une hauteur convenable par une petite voute saillante qu’on nomme tendelet.

Ces galeries sont aussi décorées car faisant partie de toute la décoration que l’on peut voir à la poupe d’un vaisseau.

D’après Romme, 1792, – Souvent au lieu de faire exécuter réellement cette galerie de poupe, on se contente d’en peindre l’image, ou de la figurer à la place qu’elle occuperait sur la poupe. Cette galerie feinte reçoit le nom de fausse-galerie.

Mais on appelle aussi galerie d’entrepont une sorte de couloir ou de corridor régnant autour de l’entrepont et servant à pouvoir prendre connaissance des trous de boulet ou des avaries d’un bâtiment à la flottaison et y remédier. Cette galerie est ensuite appelée coursive.

Cet article a été publié dans coque. Mettre en marque page le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *