Guibre

guibre

Assemblage de pièces de construction se fixant à la face extérieure de l’étrave. Elle sert à consolider le mat de beaupré en le supportant et reçoit les sous barbes et les liures. La poulaine est établie au dessous et on lui donne une forme saillante qui flatte l’œil, qui donne au bâtiment une apparence plus fine et plus élancée. Cette partie étant ajoutée permet par son affinement une meilleure pénétration du navire dans l’eau en réduisant sa résistance à l’eau.

Ses différentes parties sont :

1°) le taquet du taillemer ou la gorgère ou encore le taquet de gorgère qui constitue l’origine inférieure du taillemer et est appliquée sur la branche relevée du brion et évolue jusqu’au premier pont à peu près.

2°) la mèche, qui remonte jusqu’en haut de l’étrave. Il prend son élancement grâce à des remplissages.

3°) Le taillemer qui à le pied contre la partie inférieure de la mèche et forme la limite avant de la guibre. Cette pièce comporte aussi des remplissages.

4°) la courbe de capucine qui relie l’éperon et par conséquent la guibre à l’étrave.

 

Mais aussi « Digon » qui est un assemblage de plusieurs pièces qui augmente la largeur de la gorgère à sa partie supérieure, en fait la gorgère prend le nom de digon à la hauteur des jottereaux. Elle se termine à la figure de proue à l’extrémité de l’étrave.

Cet article a été publié dans coque. Mettre en marque page le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *