Hiloire

hiloire

Parmi les bordages des ponts on trouve de chaque côté de ceux-ci, deux, trois, voire même quatre virures de bordages en chêne, ayant plus d’épaisseur que les autres, entaillés pour s’encastrer dans les baux qui les supportent. On les nomme Hiloires simples ou dites droites, ou encore de pont et l’on y voit les boucles qui servent aux palans de retraite.

Elles servent à fortifier la charpente générale d’un tel pont. Lorsque le pont est entièrement bordé, bien que les hiloires soient d’une plus grande épaisseur, toutes les planches sont à niveau les unes par rapport aux autres.

Hiloires renversés :

Le milieu des baux du premier pont est soutenu par une file d’épontilles reposant sur la carlingue, toutefois, leur tête ne touche pas, immédiatement, aux baux, mais à une rangée de bordages placés, longitudinalement sous la face inférieure de ces baux, ils se nomment hiloires renversés.

Cet article a été publié dans coque. Mettre en marque page le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *