Araignée

Réseau de lignes dormantes passées en pâtes d’oies dans plusieurs trous espacés sur le bord de chaque hune et descendant dans la moque ou bois d’araignée, tenue dans son estropie sur le faux étai du bas-mât. Ce bois à la moitié de la quantité de trous, percés sur le bord de la hune et sert à maintenir en tension les fils composant les branches de l’araignée.

Ce dispositif a été conçu afin de diminuer le mouvement des hunes afin que le bas des huniers (voiles) viennent s’engager en dessous et s’abimer.

Les hunes ont diminué de saillies à l’avant et ce dispositif a eu tendance à disparaitre.

Poster un commentaire