Galhauban

C’est la plus longue des manoeuvres dormantes d’un navire, elle sert à assujettir, par le travers et vers l’arrière, les mâts supérieurs.

Les galhaubans se capèlent comme les haubans, sur la tête de ces mâts. Leurs points d’appuis inférieurs étant sur les porte haubans assurent plus efficacement leur maintient que les haubans de ces mêmes mâts.

Ils portent le nom des mâts auxquels ils sont attachés, galhaubans de hune, de perroquet, de cacatois

Poster un commentaire