Hune

Plateforme que l’on établi sur les élongis des bas mâts des bâtiments à traits carrés. Elle sert au ridage des haubans des mâts de hune. Elle sert également de repos momentané aux gabiers et aux mâtelots ainsi qu’au dépôt d’objets de service courant des voiles et des mâts qui dépendent du bas mât par lequel la hune est portée.

Pendant les combats elles offrent une surface élevée sur laquelle on peut disposer des petites bouches à feu, des grenades, des fusils et autres armes de même nature.

A partir du 18ème siècle la forme des hunes est un carré long dont les face arrières et avant sont un peu arrondies dans le même sens. Au milieu est une ouverture nommée trou du chat, qui est assez grande pour tenir le ton du bas mât ainsi que le pied du mât de hune. La plateforme est composée de bordages placés avec un peu de vide entre eux afin d’assurer l’écoulement des eaux. Ces bordages sont contenus et fortifiés par d’autres bordages plus étroits qui se suivent et font le tour par l’extérieur, ce renfort ce nomme guérite. d’autres renforts viennent assurer les bordages entre eux et se dirigent vers le centre en faisant le tour de la plateforme, nommés taquets.

La hune du grand mât s’appelle la grand-hune ou la Grand’hune, puis le hune de misaine et la hune d’artimon.

Poster un commentaire