Ton

Partie d’un mât depuis ses jottereaux jusqu’à son extrémité supérieure, laquelle est terminée par un chouquet ou par une pomme et qui dans le premier cas, est destiné à être doublé par la partie inférieure du mât qui surmonte le premier. On voit par là, que le trou du chouquet et celui des élongis où le mât supérieur s’appuie par une clef, forment les étambrais de ce même mât. C’est également autour du ton d’un mât que l’on capèle les haubans, galhaubans, étais, penseurs…etc de ce mât. Il représente un septième de la longueur du mât.

Poster un commentaire