Phare

On donne le nom de Phare à l’ensemble de la mâture, de la voilure et des vergues, y compris leur gréement, mais seulement, quand le bâtiment est à traits carrés, c’est à dire à voiles rectangulaires), le phare de devant sur dit alors, du mat de misaine et le phare de l’arrière, du grand mât et du mât d’artimon

Le mât d’artimon est le plus petit des trois bas-mâts verticaux d’un navire dit à trois mâts, il est situé sur l’arrière du grand-mât, à une distance de l’étambot égale en général  au sixième de la longueur totale du navire.

Ce mât est quelques fois un peu incliné sur l’arrière.

Il porte le mât du perroquet de fougue, le mât de perruche et à au-dessus de lui  un mât de cacatois ou une flèche en l’air : ces quatre mâts forment la mature du mât d’artimon.

Par extension on donne le nom de mât d’artimon, à toute la mâture supportée par ce même mât, lui-même compris. Son pied repose ordinairement sur l’entrepont.

Poster un commentaire